Création 2015
Pièce chorégraphique pour 4 danseurs et 351 livres


« On peut imaginer notre danse comme un poème, comme une histoire dont chaque mouvement est une lettre. L'addition de ces lettres formant un mot. La combinaison de tous ces mots formant notre partition chorégraphique. »

Dans un salon où trône une grande bibliothèque, nos quatre protagonistes vont se rencontrer, se confronter et s’interroger avec malice sur la place du livre dans leur quotidien.


Un homme, une lanterne à la main pénètre dans une pièce emplie de livres sur trois bibliothèques d’où sortent des bruits étranges, des trappes s’ouvrent mystérieusement. Soudain quatre hommes élégants surgissent une valise à la main. S’agit-il d’un rêve ou de fantômes ? Poussés par l’envie de lire, du bout de leur index, tous recherchent l’ouvrage et l’emplacement de choix. Ruses, confrontations, seul ou en groupe, le livre est convoité, manipulé, dévoré page après page. S’il peut être un refuge, il est une extraordinaire ouverture au monde. Une soif de connaissance sans limite, un voyage intemporel qui rend hommage aux livres et à tous les passionnés.

« Avec un sens du burlesque, décoiffant autant que jubilatoire, on redécouvre que le livre contient tous les rêves et les sentiments, qu’il peut faire rire, pleurer, ou peur, mais qu’il appartient à tous (…) Et cet Index que l’on mouille pour tourner les pages, finira par faire exploser les livres en gerbes de feuilles, rappelant qu’ils ne sont pas un objet de dévotion mais un compagnon que l’on peut corner et salir pourvu qu’on le lise. »
Le Télégramme


Prix et reconnaissances
Succès Avignon Off 2015
Spectacle de clôture du Festival International des Arts du Mime et du Geste Mimos 2016
Sélection France au Fadjr International Theater Festival 2017 - Téhéran - Iran

 

PUBLICS
Tout public/familial/scolaire

DURÉE
55’

MÉDIATION
Ateliers : 
nous consulter




Chapeaux melons et gilets ajustés, les voilà vêtus dans un style 1900 qui, de par les mouvements et cadences, se fait bientôt jazzy. Loin des poncifs de la danse hip-hop, Index joue la carte du charme retro au moyen d’une esthétique résolue, sur des musiques piochées aussi bien dans quelque vieux ragtime que dans l’incartade bruitiste ou la symphonie romantique.
— Le JDD

Production :
Compagnie Pyramid

Coproduction et/ou Accueil en résidence
Théâtre d’Angoulême - Scène nationale
Théâtre de la Coupe d’Or - scène conventionnée de Rochefort
Avant-Scène Cognac - scène conventionnée
La Canopée - Scènes des écritures et du spectacle vivant de Ruffec et la CC de Val Charente
La Palène - Association de développement culturel du Rouillacais
Les Carmes - La Rochefoucauld

Avec le soutien
DRAC Nouvelle Aquitaine - aide à la structuration
Région Nouvelle Aquitaine - conventionnement
Région Nouvelle Aquitaine - dans le cadre du dispositif d’Aide à la Coproduction et à la Diffusion
Conseil général de Charente Maritime - conventionnement
Conseil général de Charente - dans le cadre du dispositif Collège au spectacle
Ville de Rochefort
Musée national de la Marine de Rochefort


Responsable de Production :
Margot Bouhier / compagnie.pyramid@gmail.com
Administratrice de tournée / Chargé de communication :
Hélène Morin / communication@compagnie-pyramid.com


Soutiens
La Compagnie Pyramid est soutenue par le ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Nouvelle Aquitaine (aide à la structuration), l'Agence pour la cohésion social et l'égalité des chances (Acsé) , la Région Nouvelle Aquitaine (compagnie conventionnée), le Conseil général de Charente- Maritime (compagnie conventionnée), la Communauté d’Agglomération Rochefort Océan, la Ville de Rochefort (compagnie conventionnée) et l’Institut Français dans le cadre de ses tournées à l’étranger.


 

Direction artistique : chorégraphie collective
Assistants chorégraphiques : Emilie Bel Baraka & Jamel Feraouche
Lumière : Yohan Bernard
Compositeur : Franck Gervais
Interprétation :
Mustapha Ridaoui (ou Michaël Auduberteau,), Youssef Bel Baraka (ou Fouad Kouchy), Rudy Torres (ou Lucas Archambeau), Tony Baron (ou Mounir Kerfah)
Scénographie : Cie Pyramid
Construction & finitions : Juan Manuel Hurtado & Céline Bordereau
Costumes : Sophie Traoré


La presse en a parlé


“Car leurs danses revendiquent toutes les caractéristiques du hip-hop mais pas que…C’est aussi le burlesque, le mime, le détournement d’objet et, en fin de compte, une certaine émotivité que sollicite ce spectacle en faisant voltiger ses livres. La pièce s’interroge sur la place du livre dans notre quotidien, parfois avec évidence, souvent avec humour. Livre qui attrape, captive, réjouit. Livre qui dépasse, donne envie, agace ou décourage aussi. La palette est large. Elle ouvre la voie à des touches poétiques quasi narratives et pas si convenues venant d’une troupe de danse hip-hop. Elles s’articulent avec des moments démonstratifs, parfois prévisibles, nourris de figures hip-hop acrobatiques pour le moins spectaculaires (…) avec une forme de théâtre sensible ou l’art du mime, voire du clown, fait merveille

LE JDD


La scène s'ouvre sur un personnage qui lit, le plaisir et l'émerveillement du lecteur, quand doucement le livre s'anime et emporte tout son corps dans une première danse. Les personnages arrivent les uns après les autres, subrepticement sortis des éléments du décors. La surprise et les premiers ébahissements emportent le public qui ne quittera plus ce sourire. Nous voilà plongés entre cirque contemporain (acrobaties, mimes, clowneries), danse hip hop et ballet. Les tableaux s'enchaînent, les objets prennent vie. Trois étagères, deux fauteuils, des dizaines de livres et cinq personnages occupent la scène et offrent des instants précieux de virtuosité et de poésie. Les jeux de lumière, tout en suggestion, et la musique entourent cet écrin.
Loin d'être sacralisé, le livre devient un objet quotidien, un élément plastique à part entière, une fenêtre ouverte sur des mondes ; et c'est avec une grande générosité que la compagnie Pyramid nous y accompagne. 

LA PROVENCE

Faut-il les montrer du doigt, cette bande de compères, escogriffes, pieds nikelés ou rats de bibliothèque?
Ou les mettre à l'index tant ils font de gaffes, de gags à la Chaplin ou Keaton?Harold Lloyd veille au grain sur cette tribu cocasse qui oeuvre dans une bibliothèque comme des monte en l'air, l'air de rien.
Il leur arrive toutes sortes d'aventures burlesques inspirées du cinéma muet avec beaucoup d'intelligence et de justesse.
C'est comique en diable et les livres délivrent leurs secrets de polichinelles avec flegme et insolence, douceur et patience.
La place du livre dans notre quotidien les inspire et tout chavire sans cesse à travers le langage hip-hop, mimé où le détournement d'objets du quotidien.
Une bouffée d'air frais souffle sur cette bibliothèque où quelques fantômes en enfer pourraient bien surgir des placards!

GENEVIEVE CHARRAS


Retournement de fauteuils, de situations, Dans un monde où l'objet de la déflagration ... C'est les livres ... qui remettent tout en question.    

En évoluant sur un globe d'écriture, Ils se forgent une carapace, une armure, Un rempart, contre tous les feux de l'ignorance.   

Le livre attire et repousse, sangsue de sens, Qui les inspire, Qui les aspire Et qu'ils respirent, Dans une généreuse et triomphante danse !

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge